lundi, janvier 07, 2008

Touche pas à mon doudou

Début

Il ne se sépare jamais de son nounours préféré. Depuis toujours, il s'endort en tortillant son bout de tissu fétiche... Mais pourquoi a-t-il tellement besoin de ce fidèle compagnon ?

Un objet familier et rassurant
C'est le pédiatre-psychanalyste anglais Donald Woods Winnicott qui, le premier, dans les années cinquante, a donné ses lettres de noblesse au doudou. Appelé « objet transitionnel », celui-ci aurait l'immense pouvoir d'évoquer la maman absente, d'aider le tout-petit à lutter contre l'angoisse de la séparation et de faire la transition entre son propre corps et l'extérieur, le connu et l'inconnu. Lors des tout premiers mois de sa vie, le bébé ne fait qu'un avec sa maman, il n'existe pas sans elle. Vers 8 mois, parfois avant, il se rend compte qu'elle est une personne séparée de lui, qu'elle peut s'absenter et qu'il reste seul. C'est une période difficile pour lui. C'est alors qu'il transforme un objet qu'il aime bien en doudou. Par le toucher et l'odeur, le doudou lui parle de sa maman et prolonge sa présence.

Choisi et chéri entre tous
Votre bébé va trouver parmi les objets qui l'entourent celui qui deviendra son plus fidèle compagnon. Inutile d'essayer d'influer son choix, c'est lui qui décide et le baptise. Personne ne connaît les raisons qui incitent Arthur ou Juliette à choisir un bout de tissu plutôt qu'une peluche. Pourquoi celui-là et pas un autre ? Mystère ! Isabelle raconte qu'elle a même essayé de pousser sa fille à choisir un nounours qu'on venait de lui offrir et qu'elle trouvait joli. Peine perdue ! Valentine a jeté son dévolu sur un large ruban de satin rose, rescapé d'un paquet cadeau et qui s'est par la suite tout effiloché. C'est sa première possession et elle n'est pas à partager. Un peu comme un espace personnel qu'il faut respecter. Son doudou, ça le regarde : il lui parle de sa maman mais aussi de lui.

Plus il est sale, plus il l'aime
L'élu est la plupart du temps un objet banal sur lequel votre bébé projette facilement ses différents sentiments : angoisse, peur, joie, tristesse... Seule obligation : sa douceur. Le doudou plébiscité par nos petits est souvent le lange, ce petit carré de coton fin et doux que l'on pose sur son oreiller. Mais ce n'est pas forcément un objet précis. Certains enfants se satisfont par exemple de n'importe quel jouet ou bout de chiffon mouillé. Plus il est sale, abîmé, sans forme, sentant mauvais... plus il l'aime. L'amour ça ne s'explique pas !

L'un en possède, l'autre pas
Elisabeth a été très étonnée de constater que Pierre n'avait pas de doudou et qu'il s'en passait fort bien. A la différence de Paul, son aîné, qui ne pouvait se détacher de « Lili », Pierre n'a jamais eu de préférence pour quoi que ce soit. Elisabeth a même fini par trouver ce « manque » inquiétant. Et c'est tout juste si son fils n'est pas devenu la curiosité de la crèche ! Ses deux garçons ont un an de différence et passent leur journée ensemble. Pourquoi l'un éprouve-t-il le besoin d'avoir un objet fétiche et l'autre pas ? Il n'y a pas de réponse. Peut-être certains enfants se rassurent avec des paroles et se sentent plus en sécurité que d'autres. Il y a différentes façons de passer l'épreuve de la séparation ? Un doudou, c'est aussi un air entendu qu'on vocalise (bababa ba ba), ou un geste comme se caresser les cheveux par exemple.

En Afrique, ça n'existe pas !
Le doudou serait-il le fruit de nos sociétés occidentales ? En Afrique noire et dans les pays du Maghreb, les petits n'en ont pas. Blottis en permanence près du sein de leur mère ou accrochés dans leur dos, ils sont entourés, bercés, stimulés, massés... avec une maman toujours à leur disposition. Chez nous, le tout-petit est très tôt séparé de sa maman : il dort dans sa chambre et rejoint très vite les rangs de la crèche ou de l'école. Mais n'en déduisez pas pour autant que le vôtre est anxieux s'il promène partout son doudou, ou original s'il n'en a pas !

Un rituel précis et immuable
Avant de devenir doudou, le candidat passe par toutes sortes d'épreuves. Il est mordillé, léché, sucé, tire-bouchonné, trituré en tous sens... Afin de lui donner douceur, moelleux et « bonne odeur » indispensables. Certains se caressent le visage ou se frottent le nez avec, le reniflent même. Il est de toutes les sorties, dissout petits et grands chagrins et console de toutes les angoisses. A lui seul, le doudou est un monde en miniature capable de rassurer, faire rêver et affronter l'inconnu : il aide à grandir. Votre tout-petit va l'utiliser en fonction de ses besoins. Le lien avec le doudou évolue dans le temps. Les uns vont le garder avec eux en permanence alors que pour les autres, il ne sera pas là qu'à l'heure du coucher. Certains vont l'utiliser un jour et pas le lendemain.

Un pas vers les autres
Il est le lien entre le monde intérieur de votre enfant et l'extérieur. Le doudou facilite sa socialisation et lui sert de défouloir : il le jette à terre et le gronde. Quand il est de mauvaise humeur ou contrarié, il lui fait dire tout ce qu'il ressent. Témoin la petite histoire que Sabine nous raconte. C'était l'heure du coucher et Samuel refusait obstinément d'obtempérer. Parti bouder dans son coin, Sabine l'a vu revenir quelques secondes plus tard pour annoncer d'un air triomphant : « Tidou veut pas aller dormir ! »

Un copain envahissant
Le doudou tient parfois une place démesurée. Martine se souvient encore du drame qui a éclaté un soir où Fabien avait perdu le sien. Il sanglotait désespérément. Martine a passé la nuit à essayer de le consoler pour qu'il s'endorme. Christine a parcouru des kilomètres pour tenter de retrouver le Pinpin perdu d'Alexis... Un doudou oui, mais pas question d'en être esclave ! Il est parfois une solution de facilité pour les parents et pour le personnel, il déculpabilise. L'attitude qui consiste à tendre un doudou à un enfant qui a besoin d'être consolé n'est pas forcément une bonne solution. Il a certainement davantage envie à ce moment-là de présence et de câlins.

Sur les bancs de l'école
Quand sonne l'heure de la maternelle, le doudou prend parfois le même chemin. Bien sûr, il peut faciliter l'adaptation de votre tout-petit à ce monde nouveau. Mais un doudou trop présent empêche votre enfant de se livrer à d'autres activités, il n'incite ni à la communication, ni au jeu. Un enfant qui a du mal à se séparer de son doudou a tendance à se replier sur lui-même. D'ailleurs, on voit nettement les petits s'en défaire au fur et à mesure que leurs relations avec les autres se développent. Á l'école, le doudou mène une vie bien réglée. En petite section, les enfants ne s'en séparent pas le premier mois. Au fil des semaines, il reste dans un grand panier au moment de la récréation et du déjeuner. Et on les récupère seulement pour la sieste. En moyenne et surtout en grande section, la plupart des petits le laissent à la maison jusqu'à ce qu'ils s'en débarrassent complètement. Car c'est le destin d'un doudou, c'est de finir oublié dans un coin...

Les 5 questions essentielles

Que faire si votre tout-petit perd son doudou ?
Compatissez : votre enfant ne fait pas de cinéma. Les premiers jours vont être difficiles. Expliquez-lui que c'est normal d'avoir du chagrin mais surtout ne dramatisez pas ! Un autre doudou qu'il aimera tout autant le remplacera. Une bonne idée : cousez une étiquette avec vos nom et numéro de téléphone.

Faut-il en avoir un de rechange ?
Votre tout-petit ne tombera certainement pas dans le panneau : c'est de la triche ! Sauf si dès le début, vous assurez un roulement fréquent avec deux doudous identiques et les lavez au même rythme. Ca peut alors marcher.

Peut-on le laver ?
Oui, c'est indispensable, mais ne le faites pas derrière son dos. Prévenez votre enfant qu'il est temps de mettre le doudou dans la machine à laver. Proposez-lui aussi de le faire tout seul.

Faut-il tolérer qu'il le traîne partout ?
Non. Dans la mesure du possible, faites-lui comprendre que son doudou n'a pas sa place à table, ni pendant la toilette par exemple. Mais soyez juste : ne le prenez pas en otage pour punir votre petit, ne vous en débarrassez pas en douce, ne le réparez pas sans autorisation !

Comment faire pour aider les plus grands (vers 5-6 ans) à s'en séparer ?
Instaurez des moments où le doudou doit rester dans la chambre : durant la promenade ou les jeux par exemple. Progressez en douceur. Si votre enfant l'a oublié et ne le réclame pas, ne le lui rappelez pas !

Source
http://www.famili.fr/grossesse/404-enfant/4715-
psychologie/3408-touche_pas_a_mon_doudou/


Pour en savoir plus…
http://www.materneo.com/post-naissance/
psycho/doudou.htm


http://www.magicmaman.com/,quelle-est-l-
importance-du-doudou-compagnon-de-l-en
dormissement,373,5769.asp

Libellés : , , , ,

2 Comments:

Blogger Webcam said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

4:31 PM  
Blogger Jigé said...

Salut et merci du partage. Blog curieux mais fort intéressant. Bravo!

C’est tout à fait par hasard, au gré de mes explorations des blogs, que j’ai atterri ici. Le mien parle de la Connaissance de soi. Si le coeur t'en dit, tu es bienvenue.

10:12 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home

Annuaire gratuit